Retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris : une décision à rebours de l’urgence climatique

logo EELVCommuniqué

Paris, le 1er juin 2017

Donald Trump a donc décidé : décidé de tourner le dos à ses partenaires internationaux, décidé de mettre de côté la protection du climat et donc de mettre en danger plusieurs générations d’êtres humains, à commencer dès à présent par sa propre population, sujette à des catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes et intenses.

En décidant de sortir de l’Accord de Paris, le Président des États-Unis confirme ses terrifiantes promesses ainsi que la politique mise en œuvre depuis son arrivée à la Maison blanche : le détricotage des lois environnementales qui comprend la fin du moratoire de forages dans les zones maritimes, la remise en marche du projet d’oléoduc du Dakota, la réduction du budget de l’Agence américaine de protection de l’environnent, et bien d’autres retours en arrière, ainsi que le souhait exprimé par l’administration Trump de mettre également à mal les traités internationaux de préservation de la biodiversité.

Donald Trump sacrifie l’intérêt général pour satisfaire les intérêts financiers de quelques uns.

Ce retrait est une décision gravissime qui vient renforcer les craintes liées au dérèglement climatique. Selon le GIEC, nous sommes sur la trajectoire d’un réchauffement global de plus de 6 degrés d’ici à 2100, entraînant de graves conséquences : la France, notamment ses territoires ultra-marins, disparaîtrait en partie sous la montée des eaux, le réchauffement des villes pourrait dépasser les 8°C.

La France et l’Europe doivent prendre leurs responsabilités. C’est tout d’abord pérenniser l’Accord de Paris et continuer à travailler pour qu’il soit ratifié et appliqué par tous les États qui s’y étaient engagés.

En France et en Europe, nous devons réhausser nos objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre et revoir la loi de transition énergétique ainsi que nos engagements européens. Il faut sortir réellement des énergies fossiles, en mettant fin aux projets d’extraction pétrolière et minière, en premier lieu en outre-mer et en mer, mettre en place une taxe carbone et limiter l’importation de produits intenses en carbone, ou encore déployer un plan d’action contre le méthane dans l’agriculture.

L’Union européenne pourrait déployer une coopération renforcée avec l’ensemble de la société civile américaine, entreprises, scientifiques, associations, afin qu’elle puisse accroître ses actions de lutte contre le changement climatique.

Europe Écologie Les Verts appelle le Président de la République et le Ministre de la transition écologique et solidaire à agir, et à engager rapidement la France sur la voie d’une action renforcée contre les émissions carbone : le changement climatique n’attend pas.