Vote du budget de la Sécurité Sociale 2017 : Déficit maitrisé mais à quel prix ?

plfss-2017Communiqué de presse

Paris, le 29 novembre 2017

Le dernier Projet de Financement de la Sécurité Sociale pour 2017 voté ce lundi 28 novembre est marqué par la maitrise du déficit qui  passe sous la barre des 10 milliards ; 7,1 milliards en 2016 et 4,2 milliards en 2017 ;cependant depuis le lancement du Pacte de Responsabilité qui coutera encore 40 milliards cette année, c’est encore 12 milliards de recettes perdues au titre des cotisations patronales exonérées qui ne seront pas versées alors même que les marges dégagées par les entreprises n’ont  servi ni à l’investissement, ni à la création d’emploi.

Le passage du texte au Sénat a révélé la vision libérale de sa majorité en supprimant le principe du tiers payant généralisé, heureusement rétabli à l’Assemblée Nationale, tout comme la convergence des taxes sur les cigarettes et le  tabac à rouler ainsi que l’instauration d’une taxe pour les industriels du tabac, la situation des buralistes donnera lieu à un plan d’accompagnement pour la diversification de leurs activités ; cependant la prévention sanitaire ne peut se résumer à l’alcool et au tabac ; les risques sanitaires liées à l’environnement et la « junk food »  relayés par les écologistes, n’ont pas été entendus , l’huile de palme est toujours moins taxée que l’huile d’olive, le mercure dentaire prolifère et les vaccins contiendront encore des adjuvants aluminiques à haut risque.

Contre l’avis du gouvernement les députés ont confirmé la baisse de la CSG en faveur de 550 000 retraités modestes.

L’économie collaborative et de partage a donné lieu à de vifs débat ; nous avons dénoncé le coup fatal porté aux nombreux citoyens en recherche de revenus complémentaires sommés de se déclarer dès 3860 euros annuels, au RSI, régime par ailleurs très décrié. Il faut une loi cadre pour qualifier cette économie émergente en commençant par encadrer fiscalement les têtes de réseau et plateforme, dans l’attente le seuil d’affiliation a été porté à 7720 euros et l’affiliation toujours obligatoire, pourra se faire via le régime général ou le RSI.

Enfin même si nous souscrivons au virage ambulatoire, nous dénonçons le sacrifice de  l’hôpital public soumis à une saignée de 1,5 milliards soit la suppression de 22 000 postes cumulés entre 2015 et 2017.

Pour toutes ces raisons les écologistes se sont abstenus.